Corporate & Institutional Banking

Le futur des voitures à carburants alternatifs

11 mars 2019

Disparition progressive des véhicules à carburants fossiles

Afin d’atteindre les objectifs environnementaux nationaux et internationaux, les constructeurs automobiles ont mis au point des voitures à carburants alternatifs.

En effet, de nombreux pays ont décidé d’interdire la vente de nouvelles voitures de tourisme fonctionnant aux carburants fossiles d’ici 2030-2040 : la Chine, la France, le Danemark, l’Inde, les Pays-Bas, le Royaume-Uni, la Norvège et la Suède.

Aussi, plusieurs villes telles que Auckland, Barcelone, Bruxelles, Le Cap, Copenhague, Londres, Los Angeles, Madrid, Mexico, Milan, Paris, Rome et Vancouver ont ratifié la Fossil Fuel Free Streets Declaration (Déclaration pour des rues « zéro carburant fossile »), s’engageant ainsi à interdire les véhicules polluants d’ici 2030. L’objectif est clair : réduire les émissions de CO2 qui proviennent des carburants fossiles, tels que l’essence et le gasoil, et qui participent au changement climatique.

Dans ce contexte, trois grandes alternatives aux voitures de tourisme fonctionnant aux carburants fossiles ont émergé : les véhicules électriques (VE), les véhicules électriques à pile à combustible (VEPC) et les biocarburants.

Véhicules à biocarburants

Les biocarburants, comme l’éthanol ou le biodiesel, sont des carburants alternatifs produits directement à partir de la biomasse (à partir de végétaux ou de déchets organiques). En théorie, les biocarburants sont neutres en carbone car le dioxyde carbone absorbé par les végétaux pendant leur vie est approximativement équivalent au dioxyde de carbone émis lors de la combustion du carburant. En outre, les biocarburants sont généralement classés dans les énergies renouvelables puisque les végétaux peuvent se régénérer rapidement.

En 2018, la proportion de biocarburants sur la totalité des besoins en carburant pour le transport était légèrement supérieure à 3 %. L’éthanol est le premier carburant fossile consommé dans le monde. Les principaux producteurs/exportateurs de biocarburants sont situés dans les grands pays agricoles (Brésil, Argentine et Indonésie) ou dans les pays appliquant une politique fiscale avantageuse à l’égard des biocarburants (États-Unis). L’Europe continentale est le principal consommateur/importateur de biocarburant.

Véhicules électriques (VE)

Les véhicules électriques représentent une alternative à croissance rapide aux véhicules utilisant des carburants fossiles. L’électricité consommée pour alimenter les moteurs de ces véhicules, qui peut être générée par différentes sources et notamment par des renouvelables telles que les énergies solaire et éolienne, est stockée dans des batteries. Aujourd’hui, la plupart des VE utilisent des batteries Lithium-ion en raison de leur forte densité d’énergie et de puissance, et de leur durée de vie utile avantageuse.

En 2018, les ventes des nouveaux VE à l’échelle mondiale ont dépassé les 2 millions d’unités (+70 % par rapport à 2017), avec environ 50 % des ventes enregistrées en Chine. Cette accélération est principalement due aux réductions de coûts importantes, aux meilleures performances des batteries et aux subventions gouvernementales dans certains pays comme la Chine. Aujourd’hui, la Chine, l’Europe et les États-Unis ouvrent la voie, avec la plus grande flotte de VE actuellement en circulation.

Véhicules électriques à pile à combustible (VEPC)

Les VE peuvent également utiliser une pile à combustible pour alimenter un moteur électrique à la place d’une batterie. La cellule à combustible utilise l’oxygène présent dans l’atmosphère et de l’hydrogène comprimé pour générer de l’électricité. Les seuls sous-produits de la conversion du gaz hydrogène en électricité sont l’eau et la chaleur. Si l’hydrogène est produit à partir de sources d’énergie renouvelables (soleil, vent par exemple), l’utilisation de ce gaz permet une mobilité sans aucune émission de CO2.

Fin 2018, les ventes cumulées de véhicules électriques à pile à combustible dans le monde ont atteint 10 000 unités. Trois modèles de VEPC sont proposés à l’exploitation commerciale et à la vente : le Hyundai Nexo, le Honda Clarity et le Toyota Mirai. En moyenne, ces modèles peuvent être rechargés en 3 à 5 minutes et couvrent une distance de 500 km (300 miles). Ces éléments sont largement plébiscites par les consommateurs. Toutefois, le niveau d’infrastructures est déterminant: davantage de stations de charge sont nécessaires pour promouvoir l’utilisation des VEPC. C’est l’enjeu majeur du moment.

Accélérer le déploiement des voitures à carburants alternatifs

Les alternatives présentées ci-dessus contribueront indéniablement à supprimer, au moins partiellement, les émissions de CO2 liées à la mobilité automobile. Un grand travail reste à faire, mais des progrès ont été réalisés et la dynamique va s’accélérer dans le sillage de la réglementation et de la demande des consommateurs. Compte tenu de son rôle déterminant dans le financement des produits de base, BNP Paribas peut participer à cette accélération en finançant l’ensemble de la chaîne de valeur associée aux biocarburants (de la production à la distribution) et les composants des batteries Lithium-ion (lithium, cobalt, manganèse, nickel et graphite) et en accélérant le développement de l’hydrogène en tant que vecteur énergétique.